Djeff Piercing
histoire du piercing
tarifs
galerie



 

OREILLE

Outre le lobe, connus de tous, quasiment toutes les zones de l'oreille peuvent être percéesb : conque, hélix, lobule, tragus, en particulier. Mais où sont donc situées toutes ces zones aux noms exotiques? Voici les plus connues des amateurs de piercing :

- Lobe
: Les piercing le plus répendu au monde a une véritable histoire; siège de croyances et superstitions diverses, il indiquait parfois aussi le status social élevé de celui qui le portait. Les plus underground, "flesh tunnels" (agrandissement du trou percé dans le lobe pour créer un "tunnel de chair", littéralement), trouvent aussi leur source dans des rituels de tribus sud-américaines et africaines (trous progressivement élargis par le port de bijoux de diamêtre croissant).

- Conque : Cavité de l'oreille externe où prend naissance le conduit auditif.

- Hélix
: Saillie bordant le pavillion de l'oreille en avant, en haut, puis en arrière, elle est composée de cartilage.

- Tragus
: Saillie triangulaire du pavillion de l'oreille, placée en avant du conduit externe.


NEZ

Comme pour l'oreille, un des piercings du nez est très fortement développé dans le monde entier: le piercing de la narine. Il existe toutefois deux autres zones du nez populaire dans le milieu du piercing: le septum et le bridge.

- Narine
: Originaire du Moyen-Orient, ce piercing nait il ya plus de 4000 ans et connait son plus grand essor en Inde dès le 16e siecle: adopté par les castes élevées, il devient un symbole social. Récupéré par la culture hippie dès les années 1960, il est adopté par le mouvement punk dans les années 1980 et finit par devenir extrêmement populaire dans le reste du monde à   la fin du 20e siecle.

- Septrum
: Effectué dans la cloison centrale du nez, ce piercing existe aussi depuis longtemps: les Papous de Nouvelle-Guinée y portaient un bijou en os ou en bois.

BOUCHE

Les piercings de la bouche ont quasiment toujours existé. Seules les plus hautes castes des Aztêques et des Mayas pouvaient orner leurs lèvres avec des bijoux en or pur. En Afrique, les femmes des tribus Makololo et Malawi portaient des assiettes à   leur lèvres supèrieure, afin de séduire les hommes de la tribu. Les tribus d'Amérique centrale et du Sud perçaient aussi leurs lèvres inférieures afin d'étirer un trou et y placer une assiette en bois. Plusieurs zones de la bouche peuvent être percées. Certaines endroits portent des noms particuliers :

- Labret
(lèvre inférieure) : Les Eskimos portaient parfois un bijou en os sous la lèvre inférieure. On retrouve la même pratique chez certaines tribus africaines et amazoniennes mais avec un bijou en bois. On peut placer un anneau ou un labret.

- Madonna ou Monroe : Ce piercing est effectué au-dessus de la lèvre pour donner l'illusion d'une mouche, comme celle des deux célébrités qui ont inspiré ces noms.

- Medusa
(lèvre supérieure) : Ce piercing est effectué au-dessus de la lèvre sous le nez, il est peu répandu.

- Langue : Ce piercing , qui serait inspiré d'un rituel Maya, est effectué verticalement sur le sillon médian et ne peu être pratiqué que sur une langue suffisament longue, avec un filet peu développé. Le piercing de la langue connaît un fort succès auprès du grand public depuis quelques années.

ARCADE

Ce piercing est en général pratiqué sur la partie inférieure des sourcils, dans l'axe de son choix. Il peut être assimilé à un piercing de surface tant il est difficile de prévoir ou pas un rejet. Il ne peut être effectué sur une arcade plate (le bijou créerait trop de tension sur la peau et entraînerait un rejet).


NOMBRIL

Le nombril est un autre piercing très populaire, surtout auprès des jeunes femmes, depuis quelques années. Ses origines sont très lointaines et il n'était alors pas seulement un ornement féminin: au temps des civilisations égyptiennes, seul les Pharaons et familles royales ont le droit de percer leur nombril, signe d'un statut social élevé. Cette pratique est introduite bien plus tard dans le monde occidental, à   Hawaï, au début de la seconde guerre mondiale. Le bijou est habituellement placé dans la partie supérieure du nombril pourvue d'un repli. Certaines personnes ont un repli situé dans la partie inférieure du nombril, le piercing est alors effectué en bas. D'autres ont un nombril plat, dépourvu de repli : le piercing est impossible.
Piercing au nombril et grossesse: Généralement, le repli du nombril demeure lors d'une grossesse. Il est alors possible de conserver le bijou. Il peut être nécessaire de choisir un bijou de plus grande taille. Dans certains cas, le nombril "ressort", il est alors primordial d'ôter le bijou.


SEIN

Le piercing du téton est de plus en plus populaire, chez les hommes comme chez les femmes. Son histoire démontre qu'il constitue depuis toujours une preuve de courage (au temps des légionnaires romains), ou un rite de passage à l'age adulte (tribus d'amérique centrale). Il devient phénomène de mode auprès des femmes de l'époque victorienne (fin du 19e siecle). La tendance est de se faire percer les deux mamelons et de les relier par une chaîne en argent. Aujourd'hui le piercing au téton devient de plus en plus commun, il peut être effectué horizontalement ou verticalement (les deux types de piercings pouvant être combinés).
Piercing et allaitement : Un piercing au téton n'empêche pas la lactation, même s'il perfore les canaux galactophores menant au téton. ôter un bijou est toutefois impératif avant l'allaitement. Il n'y a donc aucun problème pour un piercing cicatrisé. Un piercing en cours de cicatrisation est beaucoup plus problématique.


PIERCING GENITAUX

Il existe une quantité impressionnante de piercing génitaux, féminins ou masculins.

- Féminins : Parmi les nombreuses zones de piercings génitaux féminins, citons "le capuchon du clitoris", "le clitoris" (peu pratiqué car il nécessite une morphologie particulière, et peut entraîner une perte de sensibilité s'il est mal réalisé), et "les lèvres" (grandes lèvres ou petites lèvres), ce dernier étant déjà  pratiqué chez les esclaves des Romains pour leur éviter d'avoir des rapports sexuels: les deux lèvres percées étaient attachées ensemble).

- Masculins : Dans ce domaine, les hommes ont beaucoup plus de choix que les femmes. Il est vrai que beaucoup de pratiques de ce type ont des origines tribales... et que l'anatomie masculine offre plus de latitude! A titre d'exemple, l'ampallang (piercing rituel qui traverse horizontalement le gland et trouve son origine dans les tribus Dayak de Bornéo), ou l'apadravya (équivalent vertical de l'ampallang d'origine indienne et évoqué dans la Kama Sutra), le frein (ou frenum, pratiqué par les moines pour interdire toute pratique sexuelle, un cadenas remplaçant le bijou), etc. Il en existe des dizaines ! Le plus connu de ce type de piercing est incontestablement le Prince Albert. La légende dit que ce piercing viendrait du mari de la Reine Victoria, le prince Albert, qui portait un anneau au bout du gland passant à travers l'urêtre et ressortant à la base du filet.


PIERCING DE SURFACE

Un piercing de surface est un piercing dont les trous d'entrée et de sortie du bijou sont situés sur un même plan. En d'autre termes, le piercing est effectué à   travers une zone plane de la peau. Ce type de piercing, parfois qualifié de "piercing extrême", peut s'effectuer sur le front, dans le cou, les bras, la poitrine, le dos ou les jambes, ou encore sur le dos de la main et même le long de la colonne vertébrale ou entre les doigts. Le phénomène conaît depuis peu un véritable explosion. Les piercings de surface présentent un certain degré de risque, voire de danger, et c'est peut-être ce qui rend attractifs auprès de certaines personnes. Ils font en effet partie des piercings les plus longs à cicatriser et sont très souvent rejetés par l'organisme. Le problème de l'introduction d'un tel corps étranger (le bijou) est que le corps humain a de grandes chances de l'interpréter comme un danger et de chercher, plus ou moins rapidement , à s'en débarrasser (exactement comme une écharde). Il est donc trés difficile de conserver un piercing de surface jusqu'à  sa cicatrisation et les soins à y apporter après l'intervention sont d'autant plus importants. Le rejet laisse généralement une cicatrice peu discrête. Bon nombre de piercer ne pratiquent pas ce genre de piercing. D'autres le refusent à toute personne dont ce serait la premiere expérience de piercing. Acquérir et conserver un piercing de surface est donc dans la plupart des cas un véritable défi, que bon nombre d'amateurs de piercing n'hésitent pas à  relever!